Votre navigateur ne supporte n'est pas compatibleavec le script impress.js. Vous ne pourrez accéder qu'à un version limitée du projet

Pour accéder à l'intégralité des fonctionnalités, veuillez télécharger la dernière version de Chrome, Safari ou Firefox . Merci

HAIKU


Le haïku est un petit poème extrêmement bref visant à dire l'évanescence des choses. Encore appelé haïkaï ou hokku (son nom d'origine), ce poème comporte traditionnellement 17 mores en trois segments 5-7-5, et est calligraphié traditionnellement soit sur une seule ligne verticale soit sur trois. Haikai signifie "amusement", étaient appelés haikai-renga les rengas d'amusement, drôles, légers, parfois frivoles et grivois. Un genre plutôt mineur à l'origine. Hokku signifie "court", et désigne le commencement du renga, soit des vers rythmés 5/7/5 mores1.
En 1891 Masaoka Shiki forge le mot haiku qui est la contraction des deux mots cités précédemment.


Source Wikipedia

Pour naviguer | Barre d'espace | Flêche | Clic souris

Les haïkus : petits poèmes venus du Japon dont le maître Bashô nous a permis de découvrir une autre façon de créer la poésie.


Les jeunes ont réalisé un voyage au cœur des mots pour créer trois vers en choisissant de raconter l’instant. Cette promenade comme un chemin qui s’ouvre à tous semble facile à emprunter mais il demande une recherche, les mots devant suggérer ce moment privilégié. Poésie de haïkus, découverte d’un univers où l’expression est reine, chacun a pu ainsi dire ou suggérer une pensée, un ressenti, une idée. De la cueillette de mots jusqu’à l’expression à travers le petit poème , il y a eu un véritable partage d’émotions et de rêves. Pour peindre sur la toile du poème, il aura fallu choisir les couleurs de l’éphémère et accorder nos voix à d’autres voix afin de faire éclore le haïku comme une fleur qui naît en pleine neige…

Ce projet a été réalisé par les élèves des classes de 5ème A et 5ème B du Collège Notre Dame de Mauriac dans le cadre du projet culturel éducatif local


Martine BATTUT | Poète
Experience

HAIKU*

* Promenade à travers les Mots PART II

Mercredi 15 janvier *

Lugubre est la nuit
Le vent s’engouffre
Je me sens prisonnier

Jeudi 16 janvier *

Ce jour griffé sur le calendrier
L’instant dans mes pensées
Efface mes regrets.

Jeudi 23 janvier *

Le crépuscule vermeil
M’enivre de toi
Et je ne t’oublie pas.

L’azur, la liberté
L’or, la lumière
Mon bonheur

Devant le vide
Notre vie défile
En une seconde infinie

Le vide
Je perds le fil de ma vie
Je tombe

Seul dans l’espace
Vidé de toute âme
Un trou noir

L’amitié liée à mes pensées
Obstiné à ne pas l’oublier
Je n’y renoncerai jamais

Devant le vide
La solitude m’emporte
Je me sens abandonnée

Dans le ciel azur
Une colombe vole
Liberté

Le bonheur est là
Je ne suis pas seule
Sérénité

Mes larmes coulent
L’eau ruisselle
Le long des rochers

Le vermeil du crépuscule
Sur le pourpre de la mer
Le vent dans nos cheveux

Mercredi 29 janvier *

Immensité de neige
Un intrus noir
Trouble la pâleur du décor

A comme Amour
Jardin de roses
Où j’ose

A comme Amour
Jardin de roses
Juste pour toi

Jeudi 30 janvier *

Déchirer la lumière
Entrouvrir les ténèbres
Accablante solitude

Un mur, une pierre
Petites choses assemblées
Forment le monde

Un plus un deux
Deux plus deux quatre
Toi et moi, tous les chiffres du monde

Les murs nous surpassent
Les pierres nous fascinent
Une âme séjourne en chacune de ces vies

Viennent les étoiles
Du fond de mon esprit
Tout s’éclaire

La fragilité de la vie
Est à elle-même
Toute une solitude

Jeudi 6 février *

Indifférence
Ignorer la douleur du monde
Convaincre les cœurs de pierre de s’attendrir

Quand je marche
Sur le sentier de la lune
Je vois la lumière du « paradis »

Mercredi 12 février *

Crier la liberté à voix haute
Aller vers un ailleurs
Où on peut se sentir soi-même

La liberté
Est un rêve
Qui ouvre les portes

Mon esprit s’envole
Je le laisse divaguer
C’est ma liberté de penser

Le rêve
Un instant inaccessible
L’unique tour de clef ne suffira

Tel un venin
Les insultes empoisonnent la vie
Les blessures ne se referment pas

Jeudi 20 février *

Un secret déchiré
Se répand comme des grains de sable
Emportés par le vent

Les heures terrifiantes
Les murs étroits m’encerclent
Graver les jours contre les barreaux

Voir mon secret révélé
Déchiré par le temps
Trahison

Le poète raconte par les mots une histoire, son histoire
Les mots voguent dans les souvenirs
Dans l’instant et dans les rêves.

Pour naviguer : Barre d'espace | Flêche | Souris